facebook pixel

Barclays Bank se retire des Seychelles – la fin d’une grande époque offshore

dans Articles Par Fidusuisse Les commentaires sont fermés
barclays bank fidusuisse

C’est donc une mode ou plutôt une constante, toutes les banques se désolidarisent de l’offshore « exotique ». Les comptes bancaires ouvert pour les sociétés aux Seychelles ne sont plus signe d’intérêt pour les banques et c’est ainsi que Barclays Bank, le mastodonte britannique de l’offshore ferme ses bureaux aux Seychelles en envoyant un message fort à ses clients: « Optimisation fiscale oui, mais propre ».

Depuis le début de l’année, Barclays avait déjà entrepris un grand nettoyage, la banque qui n’ouvre plus à Londres de non-comptes pour des non-résidents avait fermé tous les comptes de ses clients visibles notamment les comptes de sociétés Jamaïcaines et les Offshore exotiques.

Ce sont déjà selon notre surveillance plus de 3 banques qui disent « au revoir » aux sociétés des Seychelles, non pas que ce soit illégal, mais Rietumu Bank puis Baltikums à Riga avaient déjà annoncé qu’elles n’acceptaient plus de clients ayant des sociétés offshore aux Seychelles ou à Belize vu l’image exotique et fictive que cela renvoi comme le publiait récemment le blog de Fidusuisse.

La BMO, une autre banque important aux Seychelles, avait déjà en Novembre 2014 cessé ses activités Offshore et fermé ses bureaux dans une intention de revenir vers des juridictions moins visibles tel la Nouvelle Zélande ou l’ile Maurice.

Face à des états qui se veulent de plus en plus « clean » sur leur politique fiscale, les banques sous la pression des régulateurs qui leur dictent leur ligne de conduite sont obligés de refuser les clients qui ne prennent pas le soin d’avoir une optimisation fiscale « politiquement correcte ».

Que vont devenir les comptes bancaires Offshore

De toute évidence, cela ne réduit pas l’intérêt pour les comptes Offshore mais les clients ayant des sociétés offshore aux Seychelles vont simplement remplacer cette juridiction offshore par des solutions raisonnables comme par exemple Hong Kong ou une société à Londres qui offre une tolérance absolue en matière comptable ramenant l’impôt à moins de 4% grâce à l’Agency agreement.

L’Offshore d’hier est donc bien en phase de disparaître pour l’offshore de « demain », celui qui vise à utiliser des sociétés ayant une bonne réputation associée à une tolérance fiscale souple permettant de faire du business sûr et à long terme.

Quel avenir pour les Seychelles ?

On ne pourrais le dire avec certitude, car le 0% d’impôt est quand-même bien ancré dans la tradition fiscale Seychelloise, mais nous ne saurions pas surpris si d’ici 3 à 5 ans les Seychelles pour conserver leur clientèle internationale annonçaient désormais une obligation de tenue de comptabilité et une fiscalité de 2 ou 3% histoire de rentrer dans les clous.

De l’avis de Fidusuisse les Seychelles seront obligés de prétendre à un minimum d’impôt si elles ne veulent pas perdre la clientèle mondiale. Si l’Europe à déjà mis un trait sur les Seychelles, il n’est pas moins vrai que les Chinois, Indiens, qui à eux deux représentent deux milliards d’individus et combien de millions d’entrepreneurs qui vivent avec du business Offshore et qui n’hésiteront pas à quitter les Seychelles pour se domicilier ailleurs.

Source : STEP.ORG

Démarrez votre activité immédiatement
SOCIÉTÉS PRÉCONSTITUÉES
disponible en 24h